LES EDITIONS BEUSCHER-ARPEGE SOUTIENNENT FELICIEN BRUT

Beuscher Arpège

L’historique

L’histoire de la société Beuscher Arpège commence en 1850 avec l’ouverture d’un atelier de lutherie à quelques mètres de la place de la Bastille, afin de fabriquer des pianos à bretelles.

Des centaines de musiciens affluent chez l’artisan pour se procurer ces instruments et des petits formats, ancêtres de la partition qui ressemblait à l’époque à une revue.

Dès le début du siècle, de nombreuses chanson ont été signées en édition : La valse brune (1909), La femme aux bijoux (1912), L’hirondelle du faubourg (1912), Nuits de Chine (1922), Riquita (1926), Ignace (1937).

La société Beuscher Arpège va être remarquée grâce à sa participation aux grandes manifestations cyclistes comme le Tour de France et les 6 jours de Paris.

Dans les années 40, de nombreux auteurs et compositeurs (Edith Piaf, Henri Betti, André Hornez, Henri Contet, Michel Emer, Marguerite Monnot…)

lui confient leurs œuvres qui font partie du patrimoine de la chanson française et qui deviennent de grands standards internationaux : La java bleue (1938), La vie en rose (1946), C’est si bon (1947), Domino (1949)

Beuscher Arpège devient un éditeur incontournable du répertoire accordéonistique tant pour son répertoire musette (Yvette Horner, André Verchuren, Emile Prudhomme…) que pour le répertoire accordéon jazz (Gus Viseur, Tony Murena, Jo Privat)

Un partenariat qui donne une nouvelle impulsion au répertoire

« Félicien Brut et Thibault Perrine sont venus nous rencontrer pour nous présenter Le Pari des Bretelles et nous avons totalement adhéré au projet qui permet d’apporter une nouvelle image et une modernité à l’accordéon qui était marqué par celle du musette.

Ils ont su « dépoussiérer » l’accordéon et créer un répertoire nouveau alliant toutes les musiques, la chanson française, le musette, le classique.

Le talent d’interprète de Félicien et la réussite de l’écriture musicale de Thibault dans ces nouvelles compositions dont Beuscher Arpège est éditeur révèlent un caractère novateur pour cet instrument et un trait d’union entre la musique classique et la chanson française.

Grâce à nos compositeurs de musique de films nous avions diversifié notre édition vers la musique classique, et Félicien et Thibault ont su à leur tour donner une nouvelle impulsion à ce répertoire. »

Valérie Billaud-Seiller
Directrice Générale